• Marion

Cabaret Vert : Day 2 Reason 2 Venir au Cab c’est faire un geste pour la planète


Pourquoi je vais au Cabaret Vert ?

Un jour, une bonne raison.

Aujourd’hui je vous parle de la dimension durable du Cabaret !


Je disais donc, venir au Cabaret Vert c’est faire un geste pour la planète. Raccourci un peu rapide mais je t’explique…

Pour commencer, je reviens rapidement sur la notion de développement durable, être vert c’est pas simplement trier les déchets et recycler, la durabilité et le développement durable c’est une forme de développement économique ayant pour objectif principal de concilier le progrès économique et social avec la préservation de l'environnement.

On est tous d’accord pour dire que le Cabaret Vert participe à l’attractivité du territoire et engendre une vraie dynamique économique, la question que se posent les organisateurs c’est comment « faire en sorte que notre activité ne pénalise pas les générations futures ». Faire la fête c’est bien mais faire la fête tout en s’assurant que nos enfants et petits enfants auront eux aussi l’occasion d’en profiter c’est mieux !


Alors depuis sa toute première édition en 2005, l’environnement est au cœur des préoccupations. Plus on avance dans le temps et plus la dimension durable est poussée. A ses débuts, on parle de « charte de l’environnement », l’objectif est de limiter l’impact du festival sur le site du Square Bayard, les déchets et le recyclage deviennent cheval de bataille. En 2010 le festival s’engage pour un développement durable et solidaire, on mesure les retombée économique sur le territoire, on prône l’insertion et la formation des bénévoles, bénévoles de plus en plus nombreux aux fils des éditions puisqu’ils atteignent en 2018 le nombre de 2300.

Un nouveau palier est franchit en 2016 avec l’intégration de l’Économie Solidaire et Sociale, on se pose notamment des questions de gouvernance, du rôle de chacun, de l’intégration des bénévoles qui pour certains sont présents depuis la toute première édition… L’ESS c’est aussi véhiculer des valeurs comme consommer local, on voit d’ailleurs apparaître parmi les stands un marché de produits locaux, avec maraicher, boucher, fromager…


Aujourd’hui un nouvel enjeu apparait, celui de la consommation d’énergie, comment limiter la consommation d’énergie et la rendre durable ? Peut-être que vous avez déjà pu observer quelques panneaux solaires sur le site du festival ? Notamment sur le toit du Pikip Solar, cette sono installée dans l’espace animation du camping, une sonorisation mobile entièrement autonome grâce à son alimentation en énergie solaire. Le Green Floor, nouvelle scène dédiée à l’électro est elle aussi alimentée en énergies renouvelables !

De nombreuses autre initiative sont présente sur tout le festival, 300 urinoirs et cabines de toilettes sèches pour lesquelles presque 40 tonnes de litière sont envoyées dans la somme pour être recyclée et transformée en composte, des bornes de sondage pour récupérer les mégots de cigarettes, des mégots ensuite récupérés par une start up bretonne qui recycle ces mégots en résine…



Enfin, il y a L’Idéal, un village du festival du futur, où des ateliers réflexifs et des conférences sont organisés pendant toute la durée du festival. On y découvre des projets pensés en commun avec d’autres festival du Grand est, de la Belgique et du Luxembourg pour toujours aller plus loin dans le développement durable. Cendrier de poche, vélo pour charger son téléphone… tout est imaginable dans ce festival du futur.




Pour terminer, le gros projet de cette année, l'opération adopte un arbre ! Un financement participatif pour reboiser le camping du cabaret, à chaque palier un lot et la possibilité d'avoir un emplacement réservé à vie, bien à l'ombre de ton arbre !

0 vue

FACEBOOK

  • Facebook
  • Instagram

INSTAGRAM

Contact         / ©chroniquesduneardennaise